Découvrez Kumkhat, tatoueuse handpoke bretonne.

Dans mon premier article je vous racontais que sur brestoise.fr vous trouverez des articles mode, make up, lifestyle mais également des interviews afin de vous présenter des personnes, des projets, des aventures … qui me plaisent. Chose promise, chose due, aujourd´hui j’ai décidé d’interviewer Kumkhat, tatoueuse, “handpokeuse” bretonne.

“Frida” par Kumkhat

Je vais être sincère avec vous, aux tatouages je n’y connais strictement rien – Nada de Nada – mais quand j’ai vu le travail de Kumkhat sur Instagram je me suis dit que ça serait sympa de vous partager cette jolie découverte. Alors moi, non, bien trop chochotte, il est fort probable que jamais au grand jamais je ne me fasse tatouer … mais vous, derrière votre écran, si vous aimez les tattoos et que vous souhaitez en savoir plus sur la technique du handpoke, je pense que cet article et que cette artiste vont vous plaire.

Bonne lecture

____________________

Peux tu nous présenter ton parcours? Ta relation avec les tatouages? Ton premier date d’il y a cinq ans et depuis tu es accro c’est bien ça? 

Félicitations pour ce nouveau blog qui, j’en suis certaine, fera un carton sur Brest-même et bien au-delà ! Et surtout merci pour ce petit papier qui me permet de partager ma passion ! Alors, niveau parcours, rien ne me destinait à me lancer dans le tattoo quand j’ai commencé mes études d’espagnol à l’université de Brest il y a… dix ans… La claque !

Et puis, la vie et l’amour (faut l’avouer) m’ont amené à partir vivre quelques années en Espagne où je me suis fait tatouer pour la première fois il y a plus de six ans et où j’ai eu la chance de rencontrer un tatoueur qui m’a transmis sa passion, et envers qui je serais éternellement reconnaissante. Pendant des années, l’idée d’en faire mon métier devait trotter dans un coin de ma tête jusqu’au jour où j’ai repris les crayons, après dix ans sans une seule esquisse… Et là, la passion du dessin et des arts plastiques que j’avais étant gamine est revenue comme un boomerang. Depuis, je pense tattoo à longueur de journée ! D’ailleurs les copains, si vous passez par là, ne m’en voulez pas pour ça ! Ceci dit, ma relation avec les tattoos a bien changé. Avant j’allais dans les shops près de chez moi, sans trop chercher plus loin. Maintenant, je cherche davantage à avoir une pièce d’un(e) artiste en particulier, quitte à faire quelques centaines de bornes, parce que son travail me parle et que je souhaite une certaine harmonie dans mes tattoos.

Peux tu nous parler de ta technique du handpoke?

J’ai découvert cette technique l’an dernier, lors de ma formation hygiène à Caen. J’y ai rencontré Cécile, plus connue sous le nom de Artcilou. Quand elle m’a parlé de sa façon de tatouer, à l’ancienne, avec une simple aiguille à tatouer et de l’encre, point par point, tout à la main, au calme, sans machine électrique, ça a de suite attisé ma curiosité. Je me suis documentée au sujet des nombreuses techniques ancestrales et je m’y suis essayé sur moi. Le déclic était certain, le peu de déchets que génère le handpoke étant également un argument de choc.

Et niveau douleurs qu’est ce que ça donne? Le handpoke est il plus adapté aux chochottes comme moi? 

Concernant la douleur, ça pique, je ne vais pas vous mentir mais pas de quoi se tordre de douleur. Mes clients déjà tatoués me certifient que c’est moins douloureux qu’à la machine. En effet, une machine a une vitesse de piquage très élevée (entre 125 et 145 par seconde) tandis qu’à la main, on pique point par point, donc beaucoup moins vite, la peau est donc moins lésée et cicatrise plus rapidement. Dis comme ça, on se croirait au pays des bisounours mais c’était sans compter le fait que ça prend plus de temps qu’avec une machine.

Avec cette technique il est mieux de privilégier les minis tattoos où est il possible de se lancer dans de gros projets? 

Oui et non… Certains grands maîtres du handpoke travaillent sur des manches et des dos entiers, tout à la main. Personnellement, je travaille pour l’instant sur des petits tattoos, même si j’espère un jour en faire de plus grands. On ne cesse jamais d’apprendre et de progresser dans ce métier et c’est ce qui en fait la richesse !

Tu proposes à tes clients de jolis dessins, ou puises tu ton inspiration? 

Merci pour l’adjectif « jolis », je n’oserais pas l’employer pour parler de mes dessins, qui sont très souvent axés sur la nature et les voyages, dans un esprit minimaliste. Autant, j’aime les grandes pièces pour mes propres tattoos, autant j’aime tatouer du fin et épuré. Je suis beaucoup de tatoueurs sur les réseaux sociaux et je puise mes petites idées un peu partout, pour créer à ma sauce. Le grand air et les grands espaces de nature m’inspirent beaucoup pour mes flashs. Je travaille en effet aussi bien sur des projets perso que sur les dessins disponibles dans mon book.

Tu as lancé il y a peu ton salon de tatouages ambulant. Où pouvons nous te rendre visite?

J’ai, en effet, la chance d’avoir ouvert mon shop il y a quelques semaines. Afin que mon salon me suive au gré de mes déménagements, je l’ai installé dans une caravane que j’ai rénovée et mise aux normes sanitaires. Pour l’instant le shop n’est pas ambulant, il est chez moi, à Plourivo, près de Paimpol dans les Côtes d’Armor, mais qui sait ce que l’avenir nous réserve, on sillonnera peut-être un jour les routes, ma caravane et moi, à la rencontre de tatoués et futurs tatoués.
La seconde particularité du shop, c’est que c’est un « salon privé », c’est-à-dire que les premiers échanges avec les clients se font par mail, pour fixer un premier rendez-vous afin de se rencontrer et parler du projet de vive voix, avant le rendez-vous tattoo.

Ça me permet de consacrer tout le temps nécessaire à chaque client, au calme et sans pression.

Et sur les réseaux sociaux?

Alors, on peut me trouver sur facebook (kumkhat) et sur instagram (kumkhat.tattoo). Et par mail, ce sera par le biais de cette adresse : kumkhat@hotmail.fr

J’ai aussi un blog (kumkhat.com) sur lequel je parle plus amplement du handpoke et de mes projets. Je répondrais avec joie aux diverses questions et vous accueillerais avec bonheur dans le « caravane tattoo shop ».

Voilà, il me semble que j’ai le « petit » tour, je pourrais encore en parler pendant des heures mais il faut bien garder un peu de suspense et de mystère.

Merci encore pour cet article et à très bientôt !

 

Concours

Rendez-vous très bientôt sur Instagram et Facebook pour participer à un tirage au sort. Kumkhat offrira à l’une d’entre vous un mini tatoo d’une valeur de 60 euros.

Facebook : https://www.facebook.com/brestoise.fr/

Instagram : https://www.instagram.com/brestoise.fr/

Retrouvez la sur Instagram : kumkhat.tattoo

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *